Solidarité Mondiale contre la Faim

› GAP-Ouezzinville

Groupement Agro-Pastoral de Ouezzinville

00.01.BF

Productions agricoles


description : Mise en culture progressive de 22 hectares de terrain sur le village de Doumain, production de Coton, maïs, sorgho, et sésame (août) à l'aide d'animaux de trait ( 2 ânes et 2 paires de bœufs).

MS81 (juin 2004)

Une lettre du 12.09.2003 de Sanou Siaka expose que 21 ha sont actuellement en culture et 5 fosses compostières, réalisées en 2002 avec le concours de l’ADRI, ont produit les fertilisants pour l’année 2003. La sécheresse n’a pas autorisé les rendements espérés, mais le produit a été réparti par tiers entre la caisse de GAPO, les ouvriers et les membres du groupement. Ouvriers et membres respectent bien le calendrier de travail. le seul facteur limitant est l’irrégularité du climat.

Le GAPO annonce le remboursement de la première tranche de son emprunt dès que la SOFITEX aura acheté le coton produit, car c’est elle qui fixe la date et le prix d’achat. Nous attendons des nouvelles plus récentes.

MS74 (juillet 2002)

Le Groupement Agro Pastoral d’Ouezzin-ville (GAPO) a entrepris la culture progressive de 22 hectares de terrain sur le village de Doumain au sud de la ville de Bobo Dioulasso dans la province du Houet au Burkina Faso. Le GAPO exploite depuis 1998 à Doumain en zone Soudano-Sahélienne avec un climat tropical sec et des précipitations insuffisantes et irrégulières, comprises entre 500 et 900 mm/an.

Les productions envisagées de maïs, sorgho, coton, sésame se feront à l’aide d’animaux de trait. Le contrat de solidarité trilatéral entre le groupement GAPO (Président : Sanou Siaka), SMF et l’ONG locale d’encadrement ADRI (Association pour le Développement Rural Intégré) a été signé fin mai 2002. Le coût total du projet est de 4.120.000 F CFA (6.280,90 €) se répartissant entre un apport propre du GAPO de 1.120.000 F CFA, une subvention et un prêt sans intérêt de SMF, de 1.500.000 F CFA chacun. Ce qui permet de financer le matériel : 2 charrettes avec petit plateau, 2 charrues multicultrices, 1 pulvérisateur, les animaux de traits : 2 ânes et 4 bovins, les intrants pour la première année : semences, engrais et produits phytosanitaires, la mise en culture de 14 hectares la première année : essouchement, labour et façons culturales, les transports divers. Les échéances de remboursement du prêt sans intérêt sont prévues trois mois après les ventes le 10 juin de chaque année, à l’issue de la première année (2003) à raison de 500.000 FCFA pendant 3 ans. Il va sans dire que ces sommes contribueront au financement solidaire de nombreux autres projets de groupements villageois adhérents à SMF depuis au moins 2 ans.

Actif dans le village, les membres du groupement GAPO mènent inlassablement des actions visant à améliorer leurs conditions d’existence, en mettant l’accent sur la protection et la restauration de l’environnement. L’environnement est victime d’un phénomène en passe de devenir un fléau pour toute la région ouest du Burkina Faso, à savoir la forte propension aux feux de brousse. Ce à quoi s’ajoutent les causes déjà connues de la désertification.

Les stratégies d’intervention envisagées par GAPO intègrent plusieurs activités complémentaires dont la réalisation par les populations déjà motivées viserait l’amélioration quantitative et qualitative de la production agropastorale dans la perspective d’atteindre à moyen ou long terme l’objectif global d’autosuffisance alimentaire.

La description des activités se répartit en 4 parties :

In fine, nous dirons que GAPO est un groupement vraiment dynamique qui avait commencé à mettre en route le projet de culture bien avant d’avoir reçu le financement.

Dramane Traoré, Christian Trianneau.