Solidarité Mondiale contre la Faim

› Agblégnon

Coopérative Agblégnon de Klouékanmè

98.03.BJ

 

Pépinière de palmiers

MS 80 (Mars 2004)

Coopérative Agblégnon de Klouékanmè : la coopérative a vu fondre ses effectifs du fait de nombreuses expatriations vers le Nigeria ou vers la ville et de nombreux décès. Elle se restructure autour des 7 personnes restantes, qui sont bien actives. Des recrutements sont en vue, et une assemblée générale s'est tenue en février pour relancer les activités. Les plants de palmiers de la pépinière financée par SMF ont été en grande partie vendus, et le reste a été planté sur 14 hectares pour la production d'huile, à la grande satisfaction des coopérateurs. Le président d'Agblégnon, M. Satchi-Gbondjé Pierre annonce le remboursement de la moitié de l'emprunt sitôt après l'A.G., de l'autre moitié à la fin de 2004.

MS74 (juillet 2002)

Dans son rapport de la rencontre des membres béninois de SMF à Comé le 13 février 2002, le CERIDAA nous informait que le projet de pépinière de palmiers-dattiers améliorés initié à Lanta par la Coopérative Agblégnon de Klouèkanmè suivait son cours normalement. La deuxième tranche du financement a été virée le 16 mai 2002 et à cette date la mise en place de la pépinière était déjà bien avancée, comme en témoigne la photo ci-contre.

MS71 (octobre 2001)

La Coopérative Agblégnon de Lanta, (département du Mono), a été créée en 1994 et compte 35 membres, dont 10 femmes. Elle exerce ses activités dans la sous-préfecture de Klouékanmè, à 160 km au nord-ouest d’Abomey.

Encadrée par le CERIDAA, elle a entrepris la mise en place d’une pépinière de palmiers à huile sélectionnés, visant à contribuer à la régénération des cultures paysannes du palmier à huile au Bénin. Ceci dans le cadre d’un plan national concerté au niveau gouvernemental.

Cette production génératrice d’emplois vise l’objectif de plus de 10.400 plants par an et la coopérative n’a pas attendu le financement -à venir sous peu- de SMF pour démarrer partiellement le travail avec les moyens du bord.

Conformément aux limites fixées en assemblée fédérale en 2000, l’apport de SMF sera de 3.000.000 F CFA (sur un coût total de 4.914.130 F CFA) et la part de prêt sans intérêts de 50%.