Solidarité Mondiale contre la Faim

› CERIDAA

Centre de Recherche des Initiatives pour le Développement Agricole et Artisanal

98.02.BJ

 

Minoterie

MS 80 Mars 2004

La minoterie de Sahoué-Gahouè, auto-gérée, tourne bien. Cependant la chaleur et la sécheresse prolongée de la saison sèche ont compromis la récolte du manioc, ce qui a réduit l'activité de râpage. Mais la mouture du maïs va bon train. La deuxième tranche du remboursement est annoncée par René Tchibénou pour février (une première avait été remboursée en avril 2003).

MS71, octobre 2001

Le financement du projet du CERIDAA (construction d’un atelier, son équipement avec un moteur, un moulin à maïs, une râpeuse, une presse et leurs accessoires) est entièrement réalisé depuis septembre. L’atelier de mouture devrait être fin prêt pour la prochaine campagne.

MS70, juin 2001

Le CERIDAA et SMF ont signé le 19 mars 2001 le contrat de solidarité pour la mise en place à Gahoué (département du Mono) d’un atelier de mouture des grains ainsi que de rapage et de pressage des tubercules (dossier n° 98.02.BJ).

Notre ONG partenaire au sud du Bénin compte ainsi mettre à disposition des femmes de gari de la commune rurale de Sahoué-Doutou un outil de transformation dont le rendement leur fera économiser un temps précieux et dont l’automaticité leur épargnera la peine et les blessures du rapage manuel.

Le projet complet comprend la construction d’un atelier, son équipement avec un moteur, un moulin à maïs, une râpeuse, une presse et leurs accessoires. Son coût total est de 4.417.300 F CFA (6.734,13 EUR), dont le CERIDAA prend en charge 1.117.300 F CFA.

Le reste constitue donc la contribution de SMF qui se partage, conformément aux recommandations de l’assemblée fédérale d’Abomey-Calavi, en 50 % de subvention et autant de prêt sans intérêts. Le CERIDAA remboursera son emprunt au moyen de 3 annuités dès la fin de la première année d’exploitation de l’atelier. Les bénéfices, qui deviendront vraiment significatifs après le remboursement total de l’emprunt, contribueront à l’autofinancement des activités de l’ONG CERIDAA. Cependant, cette dernière s’est contractuellement engagée à convenir avec les femmes de gari et avec les paysans clients de l’atelier d’un juste prix permettant à chacun de tirer le meilleur bénéfice de leur activité tout en assurant au CERIDAA un revenu satisfaisant pour le financement de ses activités et au meunier embauché un juste salaire.

Ces dispositions, qui impliquent évidemment la tenue d’une comptabilité spécifique au projet, tendent à assurer la meilleure contribution possible de ce dernier au développement économique et social de la commune rurale au travers de l’activité de transformation, mais aussi de toute la zone d’activité du CERIDAA (départements du Mono et du Littoral) au travers de l’amélioration de ses capacités d’intervention. La première tranche du financement a été libérée le 21 mars et la construction de l’atelier est en cours.

MS73, avril 2002

Le cadre Géographique du présent projet est le département du Mono, en République du Bénin, plus particulièrement dans la commune de Houéyogbé. En effet le département du Mono présente une forte densité de population avec 675.000 habitants et plus de 842 villages, à 90% analphabètes. Quant à la commune rurale de Houéyogbé où est installée l'ONG-CERIDAA, elle compte six (6) arrondissement et plus de 59 villages à 100% agricoles regorgeant d'analphabètes. Ce fort taux d'analphabétisme a amené l'ONG-CERIDAA à réfléchir sur le cadre approprié de décision, de réflexion pour un changement de comportement au sein de la masse paysanne à travers l'amélioration des produits agricoles.

La population de la commune rurale de Houéyogbé cultive les produits vivriers, surtout le maïs, le manioc, le haricot, la patate douce, la tomate, le piment, le gombo etc.

Quant aux cultures industrielles, elles étaient presque inexistantes. Mais avec l'avènement de l'ONG-CERIDAA, la sensibilisation, l'éducation, l'information et la communication ont abouti à l'installation d'une unité de transformation de tubercules.

Le projet atelier de mouture de grains et de transformation des tubercules est le résultat de la parfaite relation existant entre SMF  et l'ONG Béninoise. CERIDAA installée dans la sud-ouest du Bénin. Créée en 1990 cette ONG a acqui la confiance de ses partenaires au développement. L'atelier de transformation de manioc en gari et de mouture de maïs est une réalité depuis le 1er Décembre 2001 par la mise en place définive et le démarrage effectif des activités des équipements et des infrastructures suivants :

L' atelier est construit en bâtiment définitif
une paillote de démonstration et de préparation de gari est faite pour le dépôt brut des tubercules collectés au champ
un moteur diesel,
un moulin à maïs,
une presseuse,
une râpeuse sont installés.
Le tout est accompagné des accessoires d'un coût total de 4.147.300 F CFA. La contribution du CERIDAA est de 1.147.300 F CFA. Tandis que SMF a contribué à la plus grande partie soit 3.000.000 F CFA répartis comme suit : 1.500.000 F CFA au titre de subvention et le reste en crédit sans intérêt. Aujourd'hui l'atelier est fonctionnel et est installé au siège de l'ONG-CERIDAA à Sahoué-Gahoué ,distant de 105 kilomètres de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Ce lieu est en même temps le centre de décision et de regroupement de toutes les organisations paysannes de la zone. Pour mémoire, Sahoué-Gahoué est un village historique où la guerre des Sahoué a démarré en 1918. Il est situé dans l'arrondissement de Doutou.

Avec le démarrage des activités de cet atelier l'ONG-CERIDAA a encore renforcé sa crédibilité dans les milieux paysans. Elle a mobilisé beaucoup de forces féminines et regagné la confiance de la population Sahoué.

A Sahoué-Gahoué la population est forte de 1.336 habitants. Cette population a applaudi l'initiative du MSF et du CERIDAA parce qu'autrefois les femmes se déplaçaient de 1 à 3 kilomètres avant de faire leur mouture des grains. Rappelons que depuis longtemps cette population et ses environs ne disposent pas d'un moulin à maïs ni de râpeuse de manioc. L'installation de cette unité de production devient encore pour l'ONG-CERIDAA et sa population un rêve parce que certaines font allusion au passé.

Les activités

Les activités autour de l'atelier sont :

1/ fabrication et torréfaction de gari

collecte de manioc brut
épluchage du manioc
râper - presser puis préparer ou torréfier
2/ collecte des grains de maïs puis mouture.

Telles sont les activités au niveau de l'atelier. L'atelier est dirigé et contrôlé par une femme. Sur ce, une mesure de maïs à moudre coûte 30 F CFA. Une bassine de manioc râpé coûte 300 F CFA.

Rappelons que chaque fin du mois les points financiers seront fait et les prévisions d'entretien des équipements seront également programmées.

La formation et le suivi sont une chose régulière au niveau de l'atelier. Avec cet atelier l'ONG CERIDAA va progressivement et petitement assurer une partie de son fonctionnement.

Il est à noter qu'avec l'installation de cet atelier les femmes ont commencé par démarrer les activités génératrices de revenu autour de l'atelier. Par exemple : le CERIDAA a appuyé une vingtaine de femmes en Fonds de roulement d'un montant de 25.000 F CFA chacune pour achat de manioc pour en faire de gari. D'autres femmes achètent un champ de cultures de manioc, et de grains de maïs qu'elles transforment pour les vendre à d'autre qui n'ont pas les moyens. C'est dire qu'un tel atelier a suscité au niveau des femmes la mise en place de plusieurs formes d'activités génératrices de revenu pour se subvenir et pour mieux entretenir leurs enfants. Il est à noter que ce dynamisme de la population féminine Sahoué vient de renforcer quelques points d'objectifs du CERIDAA qui visent à :

Augmenter le pouvoir d'achat des communautés rurales par le système de crédit - épargne.
Développer les petits commerces et petites industries locales.
Faciliter un plus grand accès au financement des initiatives de promotion des micros entreprises en vue de lutter contre la pauvreté. A cet effet, les domaines d'intervention du CERIDAA sont :
La microfinance (crédit-épargne) à travers la sécurité alimentaire et la transformation des produits agricoles.
La formation des micros entreprises sur la tenue des outils, la sensibilisation et l'information éducation et communication.
Au CERIDAA on développe les crédit de groupe, crédit individuel et crédit de caution solidaire. La durée de prêt varie entre 3 mois, 6 mois et 12 mois selon le crédit reçu et les modalités de payement.

René Tchibenou, directeur exécutif