Solidarité Mondiale contre la Faim

› GAC

Groupement Agricole de COCOCODJI (Bénin)

96.01.BJ

 

Elevage avicole

Au Bénin, dont les 3/4 des ressources d'exportation reposent sur la production cotonnière, soumise aux aléas climatiques, et qui détient le taux record d'analphabétisme parmi les pays du golfe de Guinée, la majorité de la petite paysannerie recherche les moyens d'assurer son autosubsistance alimentaire et l'approvisionnement d'une population de plus en plus urbanisée.

Groupement Agricole de CococodjiDans la région Atlantique, au Sud, où la forêt de palétuviers a laissé la place aux cocoteraies et palmeraies industrielles, des paysans sont devenus "sans terre" parce que celles qu'ils cultivaient ont été récupérées par leurs propriétaires.

Ils se sont alors groupés à Cocotomey en 1993, avant de migrer vers le village voisin de Cococodji en 1996, pour faire du petit jardinage de subsistance d'urgence et se lancer dans l'aviculture afin d'approvisionner enoeufs les villages de la région et dégager pour eux-mêmes un revenu.

Outre leur intérêt culinaire pour la préparation des plats, les oeufs sont en effet très recherchés pour leur fonction dans l'équilibre des rations alimentaires. La consommation des poules de réforme apporte aussi un supplément protéinique non négligeable.

Le projet dont le Groupemeent Agricole de Cococodji, formé et encadré et aux plans technique et de la gestion par une ONG togolaise (APGA), a souhaité le financement par le Fonds Mondial de Solidarité contre l a Faim, porte donc sur la mise enplace d'une unité initiale de 800 poules pondeuses composée d'un terrain clôturé comprenant un bâtiment de 3 chambres, un magasin et un puits.

La taille de l'unité sera portée à terme à 1.200 pondeuses à partir des ressources dégagées par cet élevage.

Le projet

Le contrat de solidarité

Le contrat de solidarité définit les engagements réciproques du G.A.Cococodji, de l'APGA et du Fonds Mondial de Solidarité contre la Faim.

Le financement total s'est monté à 3.824.700 F CFA (5 830 EUR) dont 1.043.100 F CFA au titre d'un prêt sans intérêts remboursable en 3 annuités à partir de la première année de production.

En adhérant au Fonds Mondial de Solidarité contre la Faim, tous les membres du G.A.C. (ainsi que les animateurs de l'APGA) participent à la solidarité mondiale.

Et maintenant

Le financement du projet est intervenu en Octobre 1996 et l'élevage était en place en Décembre 1996. En Janvier 1997 un boa a détruit 152 animaux, ce qui a retardé la production de quelques semaines.

En outre, la forte fluctuation saisonnière du prix de la provende du marché et la qualité nutritionnelle insuffisante de cette dernière ont incité le G.A.C. à se lancer dans sa propre production d'aliments avicoles.

MS 79, Décembre 2003

Rapport des activités du GAC

Nous avons reçu du G.A. Cococodji (Bénin) les nouvelles suivantes de son projet avicole financé par le Fonds Mondial. On soulignera la souplesse d’adaptation du groupement qui n’hésite pas à initier de nouvelles activités en fonction de la conjoncture, ainsi que la dynamique induite par le projet initial puisque le GAC trouve de nouveaux soutiens au vu de l’expérience et des résultats acquis. Encore un type de retombée qualitative de nos micro-projets qui ne s’évalue pas en francs ou en euros !…Bravo, le GAC !

Nathalie au milieu des poulesL'an 2003 a débuté avec la mise en place de nouvelles initiatives pour le Groupement Agricole de Cococodji (GAC). L'élevage de pondeuses s'avère aujourd'hui comme une activité difficile et très concurrentielle. Il y a sur le marché des milliers d'entrepreneurs dans les environs de Cotonou et environs immédiats de GAC. A cela s'ajoute les productions importées de Lagos (Nigeria). Face à cette situation difficile que nous avons traversée, nous avons organisé des séances réflexions sur le devenir de notre association. A l'issue des travaux, des décisions de réorientations des activités ont été adoptées :

1. Redynamiser les activités,
2. Réorienter les activités vers d'autres domaines porteurs de l'aviculture,
3. Faire tout pour maintenir les acquis du Fonds Mondial
C'est ainsi que l'élevage de poulets de chair, coquelets, canards, dindons et lapins ont été prévus. Mais où trouver du financement ? Nous nous sommes rapprochés des institutions de microfinance de la place. Au vu des acquis, le PADME (Projet d'Appui au Développement des Petites et Moyennes Entreprises) a accepté de nous faire un prêt de 1.000.000 francs CFA soit près de 1.525 euros remboursable sur un 1 an au taux de 14 % pour débuter le nouveau projet. C'est avec cet appui financier et l'apport de fonds propres que le groupement a acquis 360 poulets de chair recyclables tous les deux mois, 200 coquelets recyclables tous les six mois, une vingtaine de canards, une dizaine de dindons. Ces productions sont destinées directement à la consommation des restaurants, hôtels… nous avons initié à cet effet des activités de promotion auprès de clients potentiels. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui, nous sommes fournisseurs de l'aéroport où nous livrons nos productions. Nous procédons nous-même à l'abattage et à l'ensachage des poulets.

Nous venons de réussir notre première expérience. Mais les résultats sont encourageants pour la suite.

Nous continuons toujours l'élevage de poules pondeuses, mais soutenu par les autres élevages. Nous avons actuellement une production moyenne journalière de 10 plateaux de 30 œufs avec près de 400 têtes.

Nous préparons activement la fin d'année et espérons augmenter la taille du cheptel, surtout nous comptons développer intensivement les poulets chairs compte-tenu de notre client à l'aéroport de Cotonou. A cet effet, nous avons rédigé un projet envoyé à ADF (African Development Foundation) qui apprécie mais n'a pas encore donné de suite favorable.

Nathalie JOHNSON,
Secrétaire du GAC